coups-coeur-doc

coups de coeur de la doc

(Urbanisme, H.S. 55, décembre 2015) –   Du 19 au 21 octobre 2015 s’est tenue à Lyon la 36e rencontre des agences d’urbanisme à l’invitation de leur fédération nationale (FNAU) et de l’Agence de l’aire métropolitaine lyonnaise sur le thème : « L’individu créateur de ville ». A travers les comptes rendus des plénières et des ateliers qui ont rythmé ces trois jours et des interviews complémentaires sur la métropole lyonnaise, ce numéro offre une photographie détaillée des nouvelles formes d’action de l’individu-citoyen. Dans le contexte de bouleversement institutionnel (mises en place des grandes régions et des métropoles), c’est toute la relation au pouvoir local qui se trouve réinterrogée.

Source : Revue Urbanisme

(Le Courrier des maires ) – La focalisation sur les quartiers de la politique de la ville fait que la ségrégation urbaine est vue comme uniformément négative, selon le sociologue Marco Oberti, auteur d’un ouvrage sur ce sujet. Or, la réalité est souvent plus nuancée. Et, s’il faut renoncer à vouloir envoyer les classes moyennes dans ces quartiers, il serait par contre utile de mieux analyser le fonctionnement des quartiers « moyens-mélangés » qui, loin du regard des critiques, réalisent un certain idéal de mixité sociale.

Source : Liens faibles, liens forts… un autre regard sur « la ségrégation urbaine » | Courrier des maires

(Vertigo) – La question de la durabilité a fait son entrée en fanfare il y a une quinzaine d’années dans les discours urbains et constitue désormais la référence obligée des politiques urbaines. La fabrique de la ville durable fait l’objet de vives controverses. Dans la présente contribution nous nous focaliserons exclusivement sur la disjonction entre temps long et temps présent. Nous soulignerons que cette disjonction est caractéristique d’un modèle d’action en manque de réflexivité parce qu’associé à l’urgence d’une situation qu’il faut immédiatement régler. Nous proposerons alors de substituer à cet urbanisme de l’urgence, qui s’inscrit davantage dans le registre de la reproduction que dans celui de l’innovation, un slow urbanism.

Source : vertigo.revues.org

 

Parution aux PUG, hors collection, décembre 2015

La nouvelle métropole saura-t-elle surmonter ses difficultés et mettre à profit la variété de ses espaces urbains et ruraux, de plaines et de montagnes, pour imaginer et mettre en œuvre un projet d’avenir ambitieux pour ses habitants ? C’est la question que posent le physisicen Daniel Bloch et l’enseignant-chercheur en géographie, Romain Lajarge  qui ont dirigé cet ouvrage.
Des spécialistes, chefs d’entreprise, consultants, architectes, professionnels issus de milieux associatifs et des enseignants-chercheurs croisent leurs regards et interpellent les métropolitains.

Source :  editions.univ-grenoble-alpes.fr

 

(Libération) – Alors que la ville durable se réduit le plus souvent à un outil marketing pour verdir les projets d’aménagements, il existe des manières innovantes de produire la Ville, mettant les besoins et la participation de l’habitant au centre de la démarche.

Source : www.liberation.fr